Jour 6 : Le cocktail pluie-brouillard-boue agite la fin de course

A 18h30, ce jour, seules 3 équipes avaient franchi la ligne d’arrivée à Bugeat, alors que la course doit s’achever demain après-midi. Les mauvaises conditions météo ont diablement compliqué la progression des équipes de fin de tableau. De nouvelles barrières horaires vont permettre de ramener tout le monde à bon port dans les délais.

Alors que le podium de ce Raid in France 2024, manche française de la Coupe du monde des courses aventure, s’est complété dans la nuit de mercredi à jeudi, les équipes de milieu de tableau ont aujourd’hui affronté un crachin persistant. Elles ont progressé tout au long du plus grand trek de la course – 41 km et 1 400 mètres de dénivelé positif – conduisant au lac de La Valette-Marcillac. Une retenue d’eau qu’elles ont emprunté sur une distance de 7 km en packraft avant de se lancer en VTT à l’assaut du massif des Monédières, réputé pour ses landes à bruyères, ses forêts de résineux et ses prairies à perte de vue. Sur leur route : le sommet du Puy de Sarran, à 800 mètres d’altitude, emblématique pour son triple calvaire. Ces équipes sont attendues à l’Espace 1000 Sources de Bugeat dans la nuit et demain matin. La plupart bouclera ce parcours corrézien de 466 kilomètres dans son intégralité, ce qui constitue un exploit sportif hors-normes.
Car la Corrèze n’a pas épargné les coureurs. Pluie, brouillard, froid, humidité, chemins boueux et une orientation sur carte particulièrement exigeante ont diablement complexifié les progressions et parfois entamé les déterminations. Dans ces cas-là, ce sont invariablement les équipes de fin de tableau qui souffrent le plus : elles perdent davantage de temps aux aires de transition, sont moins lucides et parfois moins combatives en raison de la fatigue.
« L’esprit de Raid in France est de permettre à un maximum d’équipes de franchir la ligne d’arrivée à quatre, au terme d’une découverte sportive d’un territoire, pleine et entière, explique Pascal Bahuaud, directeur de course. Nous allons donc mettre en place des barrières horaires en certains points de la fin tracé afin de ne pas sortir les coureurs de cette aventure qu’ils partagent depuis une semaine et pour laquelle ils se sont longuement entraînés ».
Afin de ramener tout le monde à bon port d’ici demain 16 heures et selon la position des équipes, la traversée du lac de La Valette-Marcillac pourra être supprimée et la dernière section de VTT dans le massif des Monédières (75 km et 2 000 m de dénivelé positif) sera raccourcie.
Paroles de coureurs
« Le dernier grand trek de la course nous a semblé durer des jours. Avec la pluie, notre résistance est entamée ; nous avons donc dormi dans une grange. Nous avons toujours en tête de faire full course, nous nous mettons donc la pression pour ne pas être pris par les barrières horaires. Cette course est vraiment extraordinaire ; nous voulons absolument la vivre jusqu’au bout…».

Jérémy Seyssaud, Baragnas Raid Team (14), France
VOIR LES COUREURS DEMAIN
Journée d’arrivée et de finish line, demain, au Centre des 1 000 Sources de Bugeat où les équipes se succéderont durant toute la matinée et en début d’après-midi. Headquarter de la course, cet espace sportif est labellisé centre de préparation pour les jeux Olympiques de Paris. Il a été crée en 1960 sous l’impulsion d’Alain Mimoun, champion olympique du marathon aux JO de 1956. Venez encourager les équipes !
Partenaires
ARWS
Fédération française de triathlon
Agence nationale du sport
Région Nouvelle-Aquitaine
Département de la Corrèze
Ville de Bugeat
Xaintrie Vallée de la Dordogne
Département Haute Vienne
EDF
Enedis
Espace 1 000 sources
Maurin
Endurance
La chaîne L'Équipe
Lethiguel
Office national des forêts
Go'Lum
Fournisseurs
ATC
Cheney
Rhône-Alpes distribution
Magazine
Frontier
IGN rando
Tactical Foodpack
Squirt cycling products
RIF TV
Tous nos films et reportages
RIF pictures
Les meilleurs moments de RIF en image
AR World Series TV
Découvrez l'Adventure Racing World Series
1:07:19